lundi 29 octobre 2007

La voix qui git


Marchant sur une route trop longue
Je vis choir le voile de la vérité.
Cruelle désillusion que ces tombes
que les hommes déjà ont oubliées.

Dure vision que la mémoire des sages
Sacrifiée; jetée aux orties; piétinée.
Les noires nuées en sinistres présages
Nous ramènent alors aux temps premiers.

C'est en allant sur ce chemin de ma vie
Que je compris soudain le sens des temps.
Ceux-ci nous ramènent en arrière si tant
Que l'on ne comprend pas la voix qui git.

Cette voix nous crie de vivre la vie,
Et trouver en chaque instant l'éternité.
Elle nous dit qu'il suffit de chercher,
Car la vérité c'est l'enfant qui rie.

Si on écoute un peu; si l'on oublie
La vengeance et la haine et l'orage,
Un vent nouveau venue du fond des âges
Viendra souffler joie, rires et vie.


[poème intitulé "La voix qui git"]
Copyright © [21 Octobre 2007] [Jean-Mark Guérin]
Copyleft : cette oeuvre est libre, vous pouvez la redistribuer et/ou la modifier selon les termes de la Licence Art Libre. Vous trouverez un exemplaire de cette Licence sur le site Copyleft Attitude http://www.artlibre.org ainsi que sur d'autres sites.