mercredi 22 avril 2009

La rue crie

Voici longtemps que je n'avais plus publié sur mon blog, cela en raison de la période trouble que nous vivons à l'université mais également en raison de la préparation des dossiers pour le master.

En tout état de cause, j'ai retrouvé quelques poèmes oubliés au fond de mes carnets, je vous les livrerais donc au cours des jours à venir.

En voici un qui date de février de cette année, le ton est un peu mordant et je savais pas si je devais le publier ici ou pas. Finalement j'ai décidé que l'atypisme était une qualité...


La rue crie

L'oeil blafard de la nuit contemple les barricades
Le sang ruisselle des caniveaux débordants de viscères
Et les biens pensants se terrent au fond des maisons.

La révoltes gronde messieurs ! N'entendez vous pas ?
Que l'on tranche, que l'on coupe et que l'on tue,
Pourvue que l'on ne comprenne pas.

Le monde marchait sur la tête et l'espoir d'un rouge étendard
Souriait au coeur des malheureux, des miséreux et des cul-terreux :
Enfin le monde leurs appartenait ; enfin le monde changeait.

Que de cadavres ! Que de simulacres de justice pour les pantins de la cause.
Combien de mort pour le roi, combien pour le peuple ?
Combien de con, enfin, vivant malgré tout et malgré nous ?

Maintenant la justice ne gronde plus, la colère est sotte et l'homme est bête,
La rue crie tandis que les fortunes volent, le fossé du diable grandit, sans cesse,
Et ne s'y engouffre que les pauvres tandis que rient les bien nantis.

Alors la rue crie, la rue hurle et s'esclaffe au nom de causes improbables,
conduites par des incapables, des abrutis, qui mènent la rue au gouffre.
La rue crie, oui, elle crie parce qu'elle veut vivre, mais la rue meurt aussi.

Et les morts ne mènent rien...



[poème intitulé "La rue crie"]
Copyright © [Février 2009] [Jean-Mark Guérin]
Copyleft : cette oeuvre est libre, vous pouvez la redistribuer et/ou la modifier selon les termes de la Licence Art Libre. Vous trouverez un exemplaire de cette Licence sur le site Copyleft Attitude http://www.artlibre.org ainsi que sur d'autres sites.