mardi 21 septembre 2010

Les despotes


Je suis seul, nous sommes cinq.
Nous sommes des milliers
Entre ici et nul part ;
Quelque part ou partout.

Et dans nos abimes de servitudes
Nous songeons, voyez : nous voyons,
A toutes ces chaines irréelles :
Sont-ce vos chaines si réelles ?

Il n'est pas de corps qui ne sentent
La présence obsédante, oppressante,
de votre tyrannie.

Vos pensées nauséabondes traversent la chair
puisque l'esprit est faible, si faible !
Pourtant partout réside cet espoir,
Comme une lumière brulante.

Car bientôt viendra le prophète
Celui qui vient et qui libère
Sera celui qui asservit.

Nous l'appellerons
Despote.


[poème intitulé "Les despotes"]
Copyright © [Printemps 2010] [Jean-Mark Guérin]
Copyleft : cette oeuvre est libre, vous pouvez la redistribuer et/ou la modifier selon les termes de la Licence Art Libre. Vous trouverez un exemplaire de cette Licence sur le site Copyleft Attitude http://www.artlibre.org ainsi que sur d'autres sites.