vendredi 26 avril 2013

France, puis-je te voir autrement ?

Poème présenté au concours Poésie en Liberté 2012 ~ non retenu. Ce poème fut peut-être une erreur en soi. En effet, il tend à réifier et à naturaliser un concept résultat d'une construction socio-historique dont les aboutissants sont glaçants (xénophobie, bellicisme, etc). Cependant, je ne peux nier que j'ai vécu des transports patriotiques  (On pourra évoquer p. ex. la coupe du monde 98) et que nous sommes largement socialisés à penser en terme de nation : est-ce vraiment autre chose que de se dire républicain ?

Bref, partants du constat que la nation est une construction artificielle mais largement intériorisée, il m'a semblé qu'il me fallait écrire sur cette nation qui n'a d'ouverture qu'aussi loin que va sa devise et qui souvent marginalise ceux-là même qui mériteraient le plus de considération et qui sont peut-être les plus républicains d'entre-nous : les immigrés...



France, puis-je te voir autrement,
Que ne te vois chaque jours qui passe ?
Puis-je vraiment fermer les yeux sur
La vie qui va, qui vient et qui souffre ?


On m'a loué ton caractère et appris
Combien belle était ton histoire.
Dans mes transports patriotique,
J'ai chanté et j'ai ris à être franc.


Mais je ne ferme plus mes yeux
Et mon âme sur cette vérité crue :
Tous ne sont pas chez eux, chez nous
Dans cette France pensée fraternelle.


Je songe chaque jour qui passe
Qu'en ton sein se fit le songe
Qui vit l'homme et la femme
Également libres de penser
De passer et de vivre.


Te confier le peuple qui vit,
Fut peut-être une erreur.
Lui qui rugit, lui qui rougit,
Lui qui s'en va et s'en vient,
Riche de sa diversité et las
De ne jamais trouver ton sein.


Car ainsi va ton penchant naturel,
Tu tends à toujours vouloir encager
Ceux que tu aimes et ce que tu redoutes,
Étouffant tous ceux qui fondent ta nation.


Mais sais-tu, ô France, qu'en t'ouvrant
Tu ne risques pas de te perdre mais bien
Plutôt de vivre et de t'animer pour qu'enfin
S’embellisse ton histoire et se colore ton âme.



[poème intitulé "France, puis-je te voir autrement ?" ~ PEL 2012"]
Copyright © [Mars-Avril 2012] [Jean-Mark Guérin]
Copyleft : cette oeuvre est libre, vous pouvez la redistribuer et/ou la modifier selon les termes de la Licence Art Libre. Vous trouverez un exemplaire de cette Licence sur le site Copyleft Attitude http://www.artlibre.org ainsi que sur d'autres sites.