Tombe dans l'oubli des tombes de l'Oubli.

Sent qui souffle à ta nuque le souffle d'air d'un battement d'ailes de papillon.

Le papillon est noir.
Noir comme la nuit d'un cruel oubli.

Le papillon est diaphane aussi.
Comme Ta voix qui s'estompe dans les limbes de mon oublie.

Le souffle est léger, toujours. Mais ma colère est noire.Si noire!
Le souffle pourtant m'emporte : il me tente d'un oubli que je traque.

Ces battements ne font pas de bruit, comme un silence qui traine et qu'on oubli.
Ces battements m’emportent vers la capitale de mes rêves d'utopie où la folie s’envole.
Elle s’envole ! (Comme le papillon pour se poser sur La rose.)

Et le papillon bat des ailes.

Il bat! Il bat...

(Mes yeux s'oublient dans ses mouvement.)

Noir, l'ai-je dit?
Diaphane aussi!

La chenille pourtant était blanche, en ces temps ou je fuyais l'Oubli.
Et je n’oublie pas qu’elle était blanche aussi lorsque je te vis.
Blanche encore quand tes lèvres dévoilent Ton sourire.

Mais la Chrysalide bien vite donne le tempo et le temps fuis !
Ton image non…

La pensée qui me reste est cette image d'oubli entre les tombes de l'Oubli.

Le papillon noir souffle pourtant!
Il souffle!

Noir et diaphane,
Son battement est régulier.


[poème intitulé "Papillon est noir"]
Copyright © [25 Janvier 2008] [Jean-Mark Guérin]
Copyleft : cette oeuvre est libre, vous pouvez la redistribuer et/ou la modifier selon les termes de la Licence Art Libre. Vous trouverez un exemplaire de cette Licence sur le site Copyleft Attitude http://www.artlibre.org ainsi que sur d'autres sites.

Commentaires

1. Le mardi 29 janvier 2008, 12:24 par Lunaba

reste le parfum de l'âme, le souvenir...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://aversenvers.fr?trackback/56