I. Comment la haine appelle la colère.

C'est au crépuscule d'un jour,
C'est à l'aube des temps,
Que Moïse divisa les eaux.

Les flots, pourtant, ne sont rien :
Ma fureur, elle, commande
L'indicible.

*

Car l'ombre de la rose
Est cruelle, si cruelle !
L'âme écorchée du vent
Mugit la plainte que gémit.

La rose ? Son ombre plutôt,
L'âme creuse d'un fiel
Mauvais.

*

C'est à l'ombre de son arbre
Que je voudrais qu'elle se ploit
Mais mes vents se noient
Dans les feuillage.

Ô rose, pourquoi cette haine ?
Puisque j'oublie mon amour,
noie tes souvenirs.

*

Ô rose, il est trop tard !
Ma colère sans limite
Brisera l'arbre,
Dissipera l'ombre
Et gelera toute vie.

II. Comme le vent vis que la colère est impuissante.

Ô rose, t'en souviens-t'il?
Nous étions amis, ta couleur
Etait le pourpre et mon souffle
Etait doux.

Mais regarde autour de toi !
Voit-tu ces fleurs qui pleurent ?
Sais-tu que j'oublierais ma tendresse
Puisque tu me hais ?

*

Tes épine sont cruelle à présent,
La fleur n'en a pas,
Elle pleure ; tu ris.

Et l'arbre ris de concert.

Que peut ainsi mon souffle
Si tu perd ta couleur ;
Ta beauté et son attachement ?

III. Comme la colère s'évapore avec l'automne

Hais donc à ta guise, la colère
Du vent s'estompe
Et s'évapore au loin.

L'arbre, lui, demeure,
Déjà tu l'enserre
Et il se meure sans le savoir.

*

Que la cigüe vous emporte,
Mon amour pour toi est morte !


Le vent déjà m'emmène
Là ou tes épines ne sauraient
m'atteindre.

*

Que les fleurs pleurent donc,
Je me plaît à penser
Que l'automne vient d'arriver.


[poème intitulé "L'automne à ma porte"]
Copyright © [Septembre 2008, à minuit] [Jean-Mark Guérin]
Copyleft : cette oeuvre est libre, vous pouvez la redistribuer et/ou la modifier selon les termes de la Licence Art Libre. Vous trouverez un exemplaire de cette Licence sur le site Copyleft Attitude http://www.artlibre.org ainsi que sur d'autres sites.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.