Prophète et Roi sur les décombres d'Hier
Prophète et Roi d'une illusion !
Il ne reste rien de ce qui fut et le Temps file,
Suspendu.

Je fus Témoin,
Je fus Roi,
Je fus Prophète,
Me voici fossoyeur.

Il ne reste plus rien
de ce qui fut.

Je ne suis plus rien.
Ni Roi.
Ni Prophète.

Humble, je le suis devenu ;
C'est la force des choses.
Et l'Ombre est revenue,
cruel rappel d'avant le Tout.


***

Tout, c'est la vie, c'est la joie,
C'est l'espoir même ! C'est l'Ombre
Qui n'est plus et la peur
Disparue.

Tout, c'est la Citadelle imprenable
La Montagne, le Bois et les plus fines feuilles.
Tout, c'est le Palais métaphorique ;
Le jardin somptueux, écrin de l'eau claire.

Tout, c'est le Saule ; pleurant de joie,
Porteur de vie ; porteur d'un futur.

L'ombre douce du Saule pourtant
C'était l'Ombre d'antan ; celle d'avant le Tout.


***

Et soudain. Poussière ! Larmes !
Tout a disparu.
Ne reste que moi :
Le Temps est
Suspendu.

Ombre que veux-tu ;
Qu'ai-je dit ;
Qu'ai-je fait au Divin ?
Dois-je donc vivre
Suspendu ?


***

Baste !
Puisque Je ne suis plus, hélas,
Ni Roi, ni prophète,
Pour Toi, qui fut
Tout.

 

[poème intitulé "Suspendu"]
Copyright © [6 novembre 2013] [Jean-Mark Guérin]
Copyleft : cette œuvre est libre, vous pouvez la redistribuer et/ou la modifier selon les termes de la Licence Art Libre. Vous trouverez un exemplaire de cette Licence sur le site Copyleft Attitude http://www.artlibre.org ainsi que sur d'autres sites.

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://aversenvers.fr?trackback/177